1. Loading...

La rééducation ne peut pas rivaliser avec la passion

Nous avons tous des moments que nous revivons en boucle dans nos pensées. De grandes fêtes. De grandes victoires. De grandes erreurs. De grandes peines de cœur. Ces moments nous rappellent qui nous sommes, et nous aident à déterminer qui nous devenons. Voici l'histoire de l'un de ces moments, le voyage qu'il a inspiré, et le pouvoir de guérison du vélo.

Il suffit de jeter un coup d'œil à la carrière de Steffi Marth pour comprendre qu'elle aime vraiment les vélos. Elle passe beaucoup de temps dessus, et elle n'est pas du genre à refuser une opportunité. Alors que beaucoup d'athlètes se spécialisent rapidement dans la discipline qui semble leur offrir le plus grand avantage, le CV de la vététiste allemande suggère une approche moins calculée, et plus inspirante, du sport. C'est l'approche de l'amour, de quelqu'un qui n'a jamais cessé d'essayer de profiter encore mieux du vélo, et de repousser ses limites.

Steffi est surtout connue pour ses victoires en 4X, un format accéléré, au coude à coude, de course VTT qui implique beaucoup de sauts et de virages relevés, et demande autant de courage que de force brute. C'est comme le BMX, mais les vélos sont plus gros et les vitesses plus élevées. C'était une suite naturelle pour Steffi, qui a commencé le BMX dans l'enfance et était déjà une cycliste expérimentée quand le 4X a pris de la vitesse. Elle s'est ensuite lancée dans la compétition sur le circuit de la Coupe du monde 4X, mais quand la discipline a perdu de sa popularité, Steffi a décidé de faire exactement ce qu'elle a toujours fait : elle a fait appel à sa créativité et à son talent pour concourir en enduro et en descente, et s'essayant même à la freeride.

À l'été 2016, elle s'était fait un nom dans le monde du gravity, et était reconnue comme l'une de ses porte-parole et comme un modèle grâce à ses camps de maîtrise et sa passion contagieuse pour le vélo. Steffi vivait son rêve d'explorer de nouveaux lieux et de se dépasser avec de nouveaux styles de vélo, équilibrant un calendrier bien rempli de courses et de compétitions avec des projets passionnés et du temps dédié à l'aventure. Les pressions de la course, qui provoquaient toujours de l'anxiété chez elle, n'avaient pas disparu, mais Steffi explique que pour la première fois, elle avait l'impression que le VTT était devenu son outil le plus puissant d'expression de soi, et une opportunité incroyable d'inspirer les autres et de leur transmettre son savoir concernant la partie la plus importante de sa vie. Tout semblait pour le mieux, et une autre aventure extraordinaire approchait.

Steffi avait prévu un voyage de 4 semaines en Colombie, qu'elle espérait démarrer par une démonstration de force à Crankworx Whistler. L'une de ses expressions favorites est « FOMO », qui signifie « Fear of Missing Out » (la peur de passer à côté de quelque chose). La veille de son départ pour le Canada, FOMO s'insinua dans ses pensées et Steffi décida de se présenter aux Championnats nationaux 4X d'Allemagne sur un coup de tête. Elle ne pouvait pas savoir alors que cette décision deviendrait l'un de ces moments qu'elle revivrait dans ses souvenirs pendant des années par la suite. La course ne s'est pas déroulée comme prévu.

Le VTT est un sport grisant, mais il n'est pas sans risque. En tant que cycliste d'élite, Steffi avait connu quelques accidents. Elle avait subi une mauvaise chute lors de la Coupe du monde de DH à Lourdes l'année d'avant. Elle a l'habitude de voir ses tibias en sang après une course difficile et connaît le picotement ressenti lorsqu'on lave ses blessures pour en extraire le gravier. Lors des Championnats nationaux 4X, Steffi était en tête et approchait un grand step down. Elle avait sauté cet obstacle plusieurs fois auparavant, et se souvient de son attitude en ces termes : « Aucun souci ». Mais cette fois-là, elle n'est pas passée. Malheureusement, la chute a causé de sérieux dégâts à sa main. La course était perdue, mais à ce moment-là, elle avait peur de perdre bien plus encore-la capacité de tenir un guidon et de refaire un jour du vélo. Le voyage au Canada était annulé, et son itinéraire aventurier était remplacé par un planning impressionnant d'opérations chirurgicales et de rendez-vous avec des médecins. Les nombreuses interventions ne pouvaient pas réparer les dégâts importants au nerf cubital de Steffi, mais elle ne pouvait tout simplement pas accepter l'idée qu'une seule erreur puisse lui enlever la vie qu'elle adorait et qu'elle avait tant travaillé à construire. Elle voulait continuer à progresser en compétition et à inspirer d'autres personnes grâce au VTT.

Face à la menace d'une greffe osseuse qui l'empêcherait de rouler pendant au moins une saison de plus et qui ne présentait aucune garantie de résultat, elle a commencé à explorer les alternatives. Récemment diplômée d'un Master, elle s'est rappelée sa fibre universitaire. Elle s'est naturellement plongée dans les livres et a consacré tous ses efforts à la recherche de moyens de guérir. Elle admet volontiers que cela fut épuisant, et ne produisit pas les résultats escomptés. Allant à l'encontre des conseils de ses médecins, Steffi a mis en place son propre régime de rééducation à l'aide de la seule thérapie qui pouvait fonctionner. Steffi a décidé de remonter en vélo, malgré la douleur et le risque d'autres blessures.

« Je me suis dit que pour réussir à guérir un jour, mon corps et mon âme devaient sortir du mode de vie triste et inactif de la rééducation et des rendez-vous à l'hôpital pour adopter un mode de vie rempli de ce que j'aime vraiment, comme les vélos et le soleil. », explique-t-elle. Steffi a également satisfait son envie de voyage en se rendant en Californie, en quête de lucidité, sur des pistes de trail de loisirs. Même si ce plan ne pouvait pas guérir sa main, elle savait que c'était la seule chose qui pourrait guérir son âme.

Tout le monde fait du vélo pour des raisons différentes, mais certains aspects de ce sport ont un attrait universel. Au bout du compte, tous les clichés sur le podium et les trophées de compétition du monde ne peuvent remplacer la joie simple et enivrante d'une balade sur un sentier. Ce sont d'ailleurs ces joies simples du vélo qui ont le plus aidé Steffi à guérir lorsqu'elle s'est remise en selle. Le cliquetis clair du changement de vitesse. Le bruissement de la chaîne. Le vent sur son visage. L'histoire de Steffi montre l'impact incroyable du sentiment de liberté, de libération, et comment parfois, il suffit de prendre un peu de recul pour redécouvrir votre passion.

Finalement, le moment est venu pour Steffi de retourner en Allemagne pour le rendez-vous qu'elle avait baptisé du redoutable nom de « jour du jugement dernier ». Même si ses sorties en Californie lui avaient montré qu'elle pouvait survivre sans la compétition, elle redoutait néanmoins les résultats du test. C'est alors qu'elle a vu l'air surpris sur le visage de son neurologue.

De façon tout à fait remarquable, le nerf cubital de Steffi avait commencé à guérir pour la première fois depuis son accident. Ses médecins l'ont informée qu'elle pouvait faire autant de vélo qu'elle le souhaitait, avec prise d'effet immédiate. Tout juste un an après l'accident, elle revient progressivement à la compétition, et le seul souvenir visible qu'il lui reste est une protection de poignet sur mesure qu'elle porte maintenant dès qu'elle monte en vélo. C'est un rappel des risques qu'elle continue à prendre, mais cela rappelle également à tous ceux qu'elle rencontre qu'elle persévèrera même face aux défis les plus difficiles et les plus inattendus, tant qu'elle peut encore sortir se promener en vélo par un beau jour ensoleillé.

Nous ne saurons jamais si le VTT a permis à Steffi de recommencer à utiliser sa main, mais son histoire est un exemple puissant de l'immense potentiel de guérison que représente la réalisation de votre passion. Il n'est pas nécessaire de se blesser pour apprécier les effets thérapeutiques du vélo. Nous n'encourageons en aucun cas quiconque à désobéir à un médecin, mais pour Steffi, le vélo a vraiment été sa meilleure thérapie. Pour elle, le vélo a guéri ce qui devait être guéri.

Steffi, comme d'innombrables autres, comprend comment quelques tours de manivelle sur les pédales peuvent faire s'envoler les soucis. Ce n'est pas quelque chose qu'il faut prendre pour acquis. Alors laissez-vous prendre par le défi de la grimpe et chérissez la fluidité d'une descente escarpée. Créez-vous des souvenirs et gardez-les près de votre cœur. Attrapez votre vélo et partez. Si la situation se corse, vous pourrez toujours revivre ces moments de beauté et d'inspiration en pensée. En boucle.

Fuel EX

Vous êtes à la recherche d'un vélo de trail doté d'un long débattement et de la vivacité d'un vélo de cross-country ? Découvrez le Fuel EX.

En savoir plus

Vélos pour femmes

Trek fut le premier grand fabricant de vélo à développer une gamme complète de vélos conçus spécialement pour les femmes et nous n'avons jamais cessé de perfectionner notre gamme pour femmes depuis lors.

En savoir plus

Comparateur de produits

Lancer la comparaison
Suisse / Français
You’re looking at the Suisse / Français Trek Bicycle website. Don’t worry. We’ve all taken a wrong turn before. View your country’s Trek Bicycle website here.