Rapha Prestige, deuxième partie : Visez haut et creusez au plus profond de vous-même

Pointer l'évidence du doigt

15 kilomètres après le départ de la Rapha Women's Prestige, après le Golden Gate Bridge, les choses se corsent : une montée de quinze kilomètres sur le Mont Tamalpais, les quatre derniers sur un chemin forestier en gravier, avec 772 mètres de dénivelé. Nous avons senti passer chaque centimètre. Notre récompense : une vue spectaculaire de la côte en contrebas et la satisfaction d'avoir vaincu près d'un quart des montées de la journée.

Après le Mont Tam (où, soit dit en passant, un fou nommé Gary Fisher a commencé à dévaler les chemins forestiers en vélo dans les années 70, faisant du Mont Tam le lieu de naissance non officiel du VTT), la route est devenue un peu plus plate. Rien que des paysages magnifiques et un vilain vent de face pendant les 30 kilomètres suivants.

Au 60ème kilomètre nous avons appris que nous avions manqué de peu le chrono qualificatif Nous savions que cela pouvait arriver, avec si peu d'entraînement hivernal. Mais c'était difficile à accepter. On nous a donné un parcours plus court de 30 kilomètres. Devions-nous l'accepter et prendre la disqualification ? Ou faire le parcours entier, quitte à finir dans le noir ? Nous voulions toutes faire la course entière… mais une petite voix nous dit qu'une ou deux d'entre nous risquait de ne pas tenir la distance. Prendre le risque de laisser une partie de l'équipe derrière nous ? Inacceptable. Nous allions prendre le chemin le plus court et franchir la ligne d'arrivée ensemble, peu importe le résultat de la course.

Les kilomètres 60 à 120 furent fatigants, le soleil nous brûlait et les paysages devenaient flous. Arrivées à Fairfax, nous avons été confrontées à une autre décision sur l'itinéraire. Opter pour un retour à Rapha sur 30 kilomètres tranquilles comme beaucoup d'autres équipes l'avaient décidé ? Ou bien ajouter une douloureuse et glorieuse ascension des collines affectueusement connues sous le nom des Seven B*tches ? Hmm, oui : douleur et triomphe.

Certaines pentes étaient si raides qu'un coup de pédale complet était presque impossible. Nous avons eu des crampes. Nous avons pleuré. Nous nous sommes soutenues les unes les autres. Et nous l'avons fait ! Nous avons savouré la vue depuis le sommet, puis nous sommes retournées vers le Cycle Club pour être accueillies par des acclamations et des étreintes, des bières et un barbecue. Du baume pour les cœurs du Wisconsin et une fin fabuleuse pour une course que nous n'oublierons jamais.

Merci Rapha !


Nous sommes inspirés par ces grands athlètes qui roulent sur les vélos Trek, qu'ils soient champions du monde ou guerriers du week-end. Ils nous rappellent de rêver en grand et nous motivent à donner le meilleur de nous-mêmes.


Partagez ce récit

Nous reprenons le récit de la Rapha Prestige par les femmes de Trek, 15 kilomètres après le départ, en route vers le Mont Tam et des collines inconnues.


Ou utilisez ce lien :
http://www.trekbikes.com/lu/fr/stories/2013/04/raphaprestigepart2

Vélo (0)

Comparez jusqu'à trois modèles.



アンケート調査へのご協力

およそ10分間のアンケートに答えていただくことで、1万円相当のボントレガー商品を抽選でプレゼント致します。